Je vous invite à approfondir ces sujets en détails à travers un livret aidant à la remise en question pour utiliser sa jalousie comme un outil constructif et précieux.
La statistique de l’infidélité – une chance sur deux d’être découvert avant un an.
 
Si on n’a pas un réel espace de vie à soi, seules les infidélités rares et passagères pourront rester cachées. Les autres seront forcément découvertes un jour.
Le pari de la crémière : avouer ou taire une infidélité ?
 
On connaît bien le pari de Pascal. En voici un moulé dans la même faisselle et que nous nommerons « le pari de la crémière ».
Après une infidélité : réparer ou réinventer le couple ?
Quand l’infidélité n’est pas une séparation déguisée, ça laisse une vraie chance au couple. Encore faut-il savoir sortir des conseils classiques qui cherchent à tout prix à revenir « comme avant » alors qu’il vaudrait mieux aller « de l’avant ».
3) Une colère saine [ou de l'acceptation]
 
C'est une réaction beaucoup plus rare.
 
Je reconnais le droit à l'autre d'utiliser comme bon lui semble son corps et son coeur sans pour autant que ça réduise mon amour pour lui/elle.
 
Même si je vois ça comme une faute due à la cachoterie, je peux pardonner si on rouvre la discussion.
 
Et c'est par cette communication que je pourrais exprimer ma colère sans reproches, sans accusations, et sans jugements sur l'autre.
 
J'empêche mon ego de se manifester.
 
On peut même faire évoluer notre philosophie amoureuse, adapter nos règles communes pour créer des conditions à nos libertés respectives.
 
On parvient à respecter les désirs de l'autre, et avec une bienveillance on veille à progresser doucement pour que nos émotions aient le temps de s'adapter aussi.
VOTRE COLERE RESSEMBLE à ...   ?
Articles amis
« L'EGO EST UN JE D'ENFANT »
2)  
 
Je vous propose de découvrir comment peut-on s'inspirer des couples libres sans aller jusque là non plus, pour reconstruire son couple sur des bases explicites solides. Et ainsi mettre toutes les chances de son côté pour rétablir ce climat de confiance primordiale.
3)
 
Je vous propose de découvrir comment se donner les bons atouts pour réussir à ouvrir son couple en étant bienveillant-e et solidaire avec son amour. Ouvrir les libertés ne veut pas dire "autorisé-e à tout et n'importe quoi!" ;-)
1)
 
Si vous êtes dans une colère ultra-violente que vous ne parvenez pas à réduire un minimum, soyons honnête, ce livret est inutile pour vous dans une premier temps. Seule une thérapie pourrait vous aider si vous avez vraiment envie d'arrêter de vous pourrir la vie avec des réactions excessives.
 
Quoi qu'il en soit, dans toutes les possibilités de réactions, c'est notre EGO qui nous joue des tours.
L'EGO a énormément de mal à accepter de ne pas être l'unique sujet du désir.
 
Il est toujours plus facile d'aimer quand nous sommes le Centre,
et il est beaucoup plus difficile d'aimer quand le Centre-de-l'attention varie selon les moments.
2) Une colère agressive
 
C'est la réaction classique d'une large majorité des gens.
Le climat de confiance explosant, je fais des reproches et j'accuse l'autre de tous les maux. Dans un premier temps, je rejette entièrement la faute sur l'autre. (Plus tard, je chercherai pourquoi il/elle n'a pas su m'en parler avant).
 
Quand je sens que l'amour qui nous uni est assez puissant, je veux essayer de reconstruire le lien rompu.
 
Mais avant il faut finir de déconstruire ! Chose que les gens ignorent le plus souvent, provoquant souvent une nouvelle rechute. Quand un mur s'effondre, on ne repose pas des briques sur les ruines directement, sinon ce nouveau mur sera encore très fragile. Nous devons choisir de nettoyer les décombres avant de creuser de nouvelles fondations.
 
Pour déblayer, nous devons tous les deux redéfinir sa vision personnelle d'un couple. Chacun-e sa vision, chacun sa réflexion dans une première étape. Puis on explique son point de vu à l'autre dans un second temps, on s'interdit alors de couper la parole, et de juger. On se contente de poser des questions pour approfondir et faire évoluer notre réflexion ensemble. Et enfin, nous cherchons un consensus ou un compromis satisfaisant pour les deux partenaires.
 
« Et si je faute une fois moi aussi ? »
« Avons nous le droit à des exceptions ? »
« Quelles sont nos conditions ? »
 
Choisir de faire ces pas vers l'autre, c'est aussi lui signifier qu'on souhaite poursuivre notre projet commun de relation.  
 
La discussion risque d'être compliquée, il ne faudra pas hésiter à faire des pauses si la colère revient perturber le couple.
 
Tout ce travail permettra d’appuyer le couple sur des bases solides parce qu’il incite les partenaires à aborder des sujets essentiels comme la définition de la fidélité, de la liberté et de la jalousie.
 
Et enfin, régulièrement, il est nécessaire d'analyser la progression, le bien-être de chacun-e.
Créer officiellement des espace d'expression où on écoute l'autre sans lui couper la parole, sans rentrer dans un débat tout en restant dans l'échange, sans émettre de jugements ni reproches peut s'avérer d'une grande efficacité pour renforcer le lien sans l'étouffer.
2 manières de canaliser sa colère pour sauver son couple ...
On trouve déjà beaucoup d'articles sur ce sujet, je me contenterai donc d'être le plus pragmatique possible, et de me concentrer sur la gestion de sa colère qu'on peut vivre.
 
Lorsqu'on découvre, directement ou indirectement, une tromperie, il y a généralement 3 manières possibles de réagir.
1 qui tue le couple à coup sûr , 1 qui peut évoluer en positif si on se rattrape, et 1 qui permet de faire grandir la complicité. Que faire quand on aime vraiment l'autre malgré ses défauts ?
Comment réagir à une infidélité, une tromperie ?
1) Une colère violente
 
C'est une réaction classique des personnes ayant une jalousie excessive et maladive.
 
Le réflexe de mon ego est de me demander comment je vais pouvoir lui faire payer sa trahison.
 
Je peux tomber dans une spirale de violence qui entrainera de nouvelles violences sans aucune chance de s'en sortir sans trop de séquelles.
 
Si je m'en rends compte à temps, je peux exprimer et réduire ma colère pour qu'elle ne soit qu'agressive.
 

Au pire, je peux sanctionner mon/ma partenaire sans pour autant l'attaquer.
 
Je peux lui montrer que je vais gérer ma vie avec mon propre pouvoir, sans l'autre.
 
Et finalement, ce n'était pas de l'amour, mais de la dépendance affective.
Et si c'était de l'amour, celui-ci s'est envolé.
Rechercher
Pré-Requis 
Accueil
Aussi adapté à la
non-exclusivité
Des vidéos 
Boutique
Jalousie CulturelleJalousie d'EgoJalousie Psycho 
J-LiFEvolution
Vers une Jalousie Constructive
Guide Pratique
pour une
Jalousie Constructive